Jeunesse

Le bâtiment de la nouvelle auberge de Jeunesse de Neuchâtel est à la fois neuf et ancien.  Afin d’exprimer le long trajet de l’édifice au cours des décennies, le thème architectural du projet est lié au temps qui passe, qui file, qui laisse ses traces. Un projet de rénovation implique immédiatement la coexistence des temporalités. Cette superposition devient ici une thématique en soi. Elle s’exprime dans le projet à travers la juxtaposition des textures neuves et anciennes aux sols et aux murs de l’auberge. La cohabitation des techniques et des styles crée un dialogue inévitable entre le neuf et l’ancien. Enfin, elle permet de dessiner l’histoire du bâtiment non pas comme un simple trait linéaire, mais plutôt en tant que cycle qui tourne sans cesse.

Initialement édifié en 1897 pour accueillir l’école des Sablons, la volumétrie et l’organisation spatiale compacte du bâtiment sont caractéristiques de l’ école-caserne. Néanmoins, ses dimensions pavillonnaires, son positionnement en retrait du contexte, ainsi que l’attention architecturale portée aux détails des boiseries et des parquets, nous renvoient à l’architecture bourgeoise domestique. En créant un jeu de proportions et de textures, l’intervention bénéficie des qualités spatiales des grands espaces existants, afin d’instaurer des enfilades des pièces selon les besoins programmatiques. Le projet oscille entre la générosité spatiale et l’échelle du détail, cherchant son équilibre entre les rides du temps et la franchise de la jeunesse.


Neuchâtel 2019.
In collaboration with LRQ architecture.